Rechercher

Voyager seule.


Comme cela a pu être un véritable défi,

il y a bien des années.

Au début difficile, de se retrouver face à soi-même.

Faut dire que j’avais mis la barre un peu haute pour commencer 😅.


Année après année, j’ai perçu ces moments si différents.

J’ai élargi ma zone de confiance et je me suis autorisée.


J’ai pris conscience de l’opportunité que la vie m’offrait de vivre ces moments là.

Et que j’avais le droit de penser à moi, de me faire plaisir.

Délestant mon esprit travailleuse pour des temps de repos et de régénération.

De me rendre disponible pour moi-même.

Qu’être seule est un cadeau plutôt qu’à fardeau à porter.


Cette année, un air frais s’est invité à la chaleur de ce voyage en Bretagne.

Il s’est bonifié avec le temps, avec la connaissance de l’expérience.

Ma joie fut immense comme ce sentiment de reconnaissance a laissé jaillir des larmes de bonheur et de joie.


Mes sens se souviendront de ses moments pour mes soirées d’hiver.


Je sentirai la brise se glisser sur ma peau tiédie par les longues marches au bord de l’eau.


Je respirerai le parfum iodé de cette mer aux couleurs si changeantes.


Je me blottirai dans mes bras pour me souvenir de ce pique-nique sur la plage, entourée de ces 3 femmes qui a mi-chemin se sont retrouvées pour passer une douce soirée d’été sans chichi ni tralala.


Je fermerai mes yeux et verrai tant d’images offrant une vue sur la beauté de la vie.


Et ses passants venus échanger quelques mots sur mon passage.


Aux sons et aux images de ces quelques jours, me voilà de retour.


Émue, oui je le suis, d’avoir fait ce choix.


Sur cette toile grandeur nature, j’emmène avec moi, l’île de Berder, la plage St Pierre qui m’a permis de nager plus loin que là où je n’avais jamais été encore, le chemin de la plage des 7 îles, le port de St Goustan et la petite maison de St Cado où j’ai vu la joie dans les yeux de ces danseurs de s’être rapprochés.



Stéphanie

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

À quoi je renonce quand je fais ce choix. Choisir, non choisir et attendre reste un choix. À quoi je renonce quand je reste dans cette relation amicale, amoureuse alors que je suis mal-heureux (se). À